trier jouets
ma vie de maman

Trier les jouets sans créer de drame

 

Pourquoi trier les jouets de son enfant ? Parce qu’il arrive souvent un moment dans la vie d’une famille où l’on se trouve submergée par les jouets.

Dans les grandes villes, les familles vivent le plus souvent dans de petits appartements. Et quand les jouets s’empilent dans la chambre et dans le salon, ça peut vite paraître le foutoir. Quand on y regarde de plus près, beaucoup d’entre eux ne correspondent plus à leur âge et ils n’y jouent plus.

Mais comment faire pour trier les jouets sans pour autant se tromper et créer un drame en écartant un jouet auquel il tenait vraiment ? Je vous livre ici les techniques que j’utilise avec ma fille de 3 ans et j’essaie de vous en livrer pour des enfants plus âgés.

 

1 . Observer votre enfant

C’est clair, vous en avez vraiment marre de tous ces jouets encombrants qui prennent de la place. Cette énorme boite de petites voitures ou cette ribambelle de poupées qui se ressemblent toutes vous courent sur le haricot. On va se le dire clairement, ça vous démange d’en sélectionner quelques-unes et de vous débarrasser des autres.

Mais qu’en pense votre enfant ? Comment joue- t-il au quotidien avec ses jouets ? Je suis convaincue que la première étape d’un bon tri passe par l’observation de votre enfant. Vous aurez conscience des jeux avec lesquels ils s’amusent le plus et ceux qu’il délaisse volontiers. Et ce ne sera pas toujours ceux auxquels vous auriez pensé 😉

 

2. Sélectionner les jouets à trier

Je pense que le tri peut se faire à l’insu d’un enfant lorsqu’il est vraiment jeune et n’a pas assez développé de langage pour exprimer clairement ses envies sans équivoques. En effet, si vous essayez de proposer à un enfant de moins de 3 voire 4 ans de trier les jouets avec lui, il est fort probable qu’il veuille tous les garder. La notion de possession (le fameux « c’est à moi ! » vous connaissez?) est encore très forte à cet âge là. Comme ma fille est encore dans ce cas de figure, voici ce que je fait avec elle.

 

Changer les jouets de place

Lorsque ma fille était petite, on nous avait offert une table d’activité pour bébé. Vous savez comme ce type de jouet peut être imposant et prendre de la place. On voyait bien que notre fille n’y jouait plus vraiment et que ce n’était plus de son âge, mais comme de temps en temps, elle la touchait quand même, on hésitait franchement à s’en débarrasser. Cette table était bien en évidence dans un coin du salon, bien devant nos yeux (donc les siens aussi) tous les jours .

Pour savoir si elle s’en approchait encore par réel intérêt ou juste parce qu’elle était là, nous avons décidé de la déplacer dans sa chambre dans un coin moins accessible. Elle était toujours là, présente dans la maison, mais elle s’y confrontait beaucoup moins. Et ce qui devait arriver arriva, elle a rapidement fini par l’oublier. Concernant ce jouet, j’ai eu de la chance, car elle s’en est complètement désintéressée et j’ai pu m’en débarrasser sans problème. Ça doit faire quelques mois maintenant et elle ne m’en a plus jamais reparlé.

 

Trier les jouets avec lesquels l’enfant ne joue plus et les dissimuler !

Vous avez bien observé votre enfant au fil des jours ? Vous savez quel jouet il ne touche plus ? Avec ma fille de 3 ans, j’opte aussi pour la dissimulation temporaire. Je pense que j’opterai pour cette pratique encore quelques mois pour trier ses jouets car dans peu de temps, elle pourra vraiment me dire si elle désire garder ou pas tel ou tel jouet.

La notion de partage est réellement acceptée par l’enfant vers 4 ans (et non imposée par les parents avec une crise de larmes qui s’en suit). Je sais que c’est encore impossible maintenant et que si je lui demande quels jouets trier, elle voudra tout garder même si elle n’y touche plus. Donc j’use de subterfuges.

Pour trier les jouets de cette manière, je rends les jouets « potentiellement écartables » moins disponibles et / ou moins visibles. Je peux les disposer :

– en dessous d’une pile de jeux du même genre : par exemple, les puzzles bébé en dessous des puzzles de son âge auxquels elle joue

– derrière d’autres jeux, en dehors de sa vue : pour ceux auxquels elle ne joue que sporadiquement et qui ne sont vraiment plus de son âge

– en haut d’une armoire dans un sac: ici je mets les jeux dont je désire vraiment me débarrasser

Puis j’attends quelques semaines pour voir si elle me les réclame. Si oui, ce qui est très rare, je les réintègre dans ses jeux, si non, je les donne ou les vends.

Comme vous pouvez le voir, les précautions sont grandes !

 

3. Trier les jouets ensemble avec les plus de 4 ans

J’arriverai bientôt avec ma fille à cette étape, l’expression verbale de ses ressentis et émotions s’affinant de jour en jour. J’avoue que comme pour tout nouvelle notion à enseigner, cela me motive et m’angoisse un peu, j’ai un peu peur de tomber dans le forcing ou au contraire dans la trop grande parcimonie de tri. On verra bien;)

Voici quelques idées auxquelles j’ai pensé pour le jour où l’on commencera à trier les jouets ensemble :

Profiter de la période précédant noël

Pour faire du vide mais aussi pour l’inciter au partage avec d’autres enfants inconnus qui ont moins de jouets qu’elle. Cela permettra d’amplifier progressivement la notion de partage sans attente de retour.

Proposer de trier les jouets pour les vendre

Sur internet ou lors d’un vide grenier, ainsi le fruit de ses ventes pourra servir à acquérir d’autres choses qui lui plaisent vraiment. Cela peut être des jouets, mais pourquoi pas des sorties au théâtre pour enfant, au cinéma, au manège. Son butin lui permettra de commencer à gérer un petit budget car il y a les dépenses que peuvent se permettent papa et maman, et d’autres non. Et pourquoi ne pas lui suggérer de s’offrir une adhésion à la ludothèque (voir ici mon article sur la ludothèque ) pour pouvoir emprunter pleins de jeux différents !

Organiser ou participer à un troc de jouets

Que ce soit entres mamans que vous connaissez ou via un magasin de dépôt ventes, le troc permet de trier les jouets en en recevant d’autres au même moment. Pas d’attente pour l’enfant encore petit, il voit immédiatement le bénéfice de sa courageuse décision d’abandonner un jouet !

Du coté des magasins pour enfants, je sais qu’Oxybul organise des trocs de jouets et de livres , allez voir ce qu’ils proposent . Et pour les mamans qui me lisent, si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à nous les partager !

Établir la règle  “un entrant pour un sortant”

Avec cette règle, trier les jouets devient une routine ponctuelle qui engage un moins gros effort pour l’enfant comme pour la maman qui aide au tri. N’hésitez pas à parler de cette règle avant de l’appliquer, l’imposer par la force ne ferait que renforcer l’attachement de l’enfant à ses jouets non par réelle envie, mais plus pour affirmer sa volonté décider lui-même en s’opposant à vous.

Donner l’exemple en triant nos propres affaires

Ici encore, donner l’exemple en triant ses propres vêtements par exemple, peut favoriser l’attitude altruiste et résiliente de son enfant concernant l’activité de trier ses jouets.

 

Ça y est, vous vous sentez prêtes ? Dites-moi en commentaire comment cela s’est passé chez vous ou bien ce que vous faites d’autre pour trier les jouets. Bon courage à vous !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

5 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon guide: "les 7 clés d'une relation sereine et épanouie avec vos enfants"