changement école 3
ma vie de maman

Comment organiser un changement d’école (3/3)

Voici la 3ème et dernière partie sur l’art et la manière d’organiser un changement d’école pour son enfant. Si tu n’as pas encore lu le 1er et le 2eme billet de cet article très complet sur ce sujet ô combien important, c’est ici et que ça se passe 🙂 N’oublie pas de revenir ici pour la fin de l’histoire !

Dans ce dernier billet, je voudrais te parler de l’accompagnement de ton enfant vers ce changement d’école pour que tout se passe au mieux. Pour cela, je vais te donner des astuces générales mais aussi te raconter comment nous avons procédé pour la rentrée de notre fille dans sa nouvelle école.

 

Préparer psychologiquement l’enfant au changement d’école

Qu’il soit décidé en commun accord avec l’enfant ou décidé seulement par les parents (en cas de déménagement par ex), il est toujours important de préparer psychologiquement un enfant au changement d’école.

Imagine que ton supérieur te dise le matin-même que tu déménages tes affaires sur le champs pour aller travailler dans la succursale de la ville d’à côté. Et ceci, sans jamais t’en avoir touché un mot auparavant. Ça te ferait un choc non? Et bien, pour les enfants, c’est la même chose, même pire ! C’est pourquoi, nous devons toujours les informer de ce qui les concerne.

Cette préparation dépendra bien sûr de l’âge de l’enfant. Rien ne sert d’informer dès le milieu d’année un petit de maternelle qu’il devra changer d’école en septembre prochain. Comme il n’a pas encore une notion du temps bien établie à cet âge-là , cela risquerait de trop le chambouler.

Ici, nous avons prévenu notre fille de 3 ans et demi de son changement d’école la veille du rendez-vous de pré-inscription. Pourquoi la veille ? Parce que cela me permettait de lui dire que, « dans 1 dodo », on irait voir l’école où elle irait probablement à la rentrée suivante. Cela s’est passé courant juin. Dans notre cas, nous avons du émettre l’hypothèse du « peut-être » car l’inscription de nouveaux élèves pour cette année 2020/21 était soumise à acceptation de la mairie pour cause de Covid- 19. Nous avons eu la confirmation de son inscription au jardin d’enfant pédagogique fin juin puis en avons informé notre fille immédiatement.

Pour des enfants ayant atteint l’âge de raison, je pense que tu peux en parler avec eux dès le questionnement au sujet du changement d’école. De cette manière, ils se sentiront totalement inclus dans la prise de décision. Ils éprouveront peut être de la tristesse, de la crainte, de la colère même à l’idée de changer d’établissement, surtout s’ils ne sont pas à l’initiative de cette volonté de changement. C’est tout à fait normal et légitime. Ton rôle consistera donc à accepter leurs émotions et à accompagner tes enfants dans l’acceptation de la décision.

Tu peut être tentée de survendre la nouvelle école en disant que tout se passera bien là-bas. C’est quelque chose que je ne conseille pas. Pourquoi ? Car tu n’en sais rien. En revanche, tu peux parler des avantages réels qui y seront présents. Dans le cas de ma fille, je savais qu’il y aurait davantage de motricité que dans l’ancienne école et qu’ils seraient beaucoup moins nombreux en classe. J’ai donc mis en avant ces 2 sujets.

En revanche, elle exprimait sa peur de ne connaître aucun enfant là- bas. Ce qui était vrai. J’ai essayé de la réconforter en lui disant que c’était normal qu’elle ai un peu peur, que moi aussi j’avais peur lorsque je commençais un nouveau travail par exemple. Puis je lui ai rappelé que l’an dernier, elle avait réussi à se faire des copains de classe rapidement, alors pourquoi cela ne se passerait pas comme cela cette année aussi ?

Comprendre ses émotions, lui avouer que moi aussi j’éprouvais les mêmes, et lui rappeler ses « succès » antérieurs ont permis d’apaiser ses craintes.

 

Emmener son enfant au rendez-vous d’inscription dans la nouvelle école

Rentrer au sein de l’établissement, rencontrer le directeur et quelques personnes de l’équipe pédagogique, sont des détails qui revêtent une grande importance pour un enfant. Cela lui permet d’avoir ses premiers points de repères pour le jour de la rentrée.

Je ne remercierai jamais assez à la directrice du jardin d’enfant de notre fille d’avoir pris le temps d’une réelle rencontre pour ce rendez-vous. Nous avons passé plus d’une heure dans son bureau et cela a permis à notre fille de se détacher peu à peu de nous et de lui parler, d’elle-même, au bout de 45 minutes de silence de sa part. C’était le temps dont elle avait besoin pour se sentir à l’aise avec cette nouvelle personne, pour rentrer en connexion avec elle. Le jour de la rentrée, cette dame était un visage familier avec qui elle avait déjà tissé un premier lien de confiance.

Je vais te raconter une autre anecdote. Quand nous sommes sortis du bureau à la fin du rendez-vous de pré-inscription, un monsieur de la caisse des écoles livrait les repas du déjeuner et comme je voyais que ma fille regardait cela avec une certaine envie, je lui ai demandé si elle aurait aimé rester à la cantine. Elle m’a alors répondu oui, tout en hochant la tête. Si tu te rappelle le 1er épisode de cet article sur le changement d’école, on revenait de très loin quant à l’envie de rester dans une école, donc ce désir émanant de ma fille m’a littéralement remplie de bonheur.

Cela ne présageait que de bonnes choses!

 

Visiter la nouvelle école en amont de la rentrée

Au delà de la rencontre avec le personnel, je pense que la visite de l’école et des lieux de vie de l’établissement peuvent constituer un réel avantage pour faciliter l’intégration de ton enfant dans sa nouvelle école.

Visiter une classe, un réfectoire, une salle de motricité, une bibliothèque, la cour de récréation, tout cela permet de se projeter dans ces nouveaux lieux de vie qui seront le quotidien de ton enfant à la prochaine rentrée.

Peu avant la fin de l’année scolaire, le jardin d’enfant avait organisé une réunion pour nous donner les papiers administratifs à remplir pour l’inscription de notre enfant à l’école et à la cantine. Un seul des parents avait le droit de venir, et comme le papa de ma fille travaillait à l’horaire de la réunion, j’y suis allée accompagnée de ma fille.

Lors du rendez vous de préinscription, elle avait pu voir le couloir où l’on retire son manteau et ses chaussures et la salle de motricité et de cantine. Ce jour là, elle a pu visiter une classe. Et comme on passe par la cour de récréation pour rentrer dans l’école, je pense qu’à part les toilettes, elle était déjà rentrée dans l’ensemble de ses futurs lieux de vie avant sa future rentrée.

 

Se rendre à la nouvelle école la veille de la rentrée

La veille de la rentrée des classes, n’étant pas informée de l’heure de début des cours pour ce premier jour, nous nous sommes rendues, ma fille et moi, dans sa nouvelle école. Je voulais voir si un panneau affichait les horaires pour le lendemain.

Le fait d’y aller la veille ma permis plusieurs choses :

connaître le temps approximatif pour nous y rendre sans se bousculer et sans être en retard

remémorer à ma fille que « dans 1 dodo », c’était la rentrée des classes

lui faire voir de nouveau sa nouvelle école afin qu’elle puisse s’y projeter plus facilement le lendemain

Et oui, ce petit bout de chemin peut permettre tout cela et apaiser l’appréhension ressentie le premier jour, pour l’enfant comme pour toi (en tout cas pour moi, cela a été le cas 😉 )

Si tu vois que ton enfant n’est pas bloqué à la discussion sur le sujet de l’école, le chemin du retour peut être l’occasion de parler du lendemain. Comment se sent il ? A-t-il hâte ou un peu peur peut-être ? Cela te permettra de la rassurer et de lui demander de quoi il a besoin pour se sentir à l’aise le jour de la rentrée.

Quant au jour J, essaie d’arriver dans les premiers! Surtout si ton enfant est de nature réservée, cela lui permettra de voir arriver les autres enfants un à un. C’est moins brutal que d’arriver dans les derniers dans une classe déjà bondée.

 

Rencontrer des parents et des élèves de la nouvelle école avant la rentrée

Si tu emménages dans un nouveau quartier ou une nouvelle ville, pourquoi ne pas te rendre avant la rentrée scolaire dans le parc le plus proche de la nouvelle école ? Tu risques fort de rencontrer des parents et des enfants de la future école de ton enfant. Ils pourront peut-être commencer à tisser des liens avant la rentrée, qui sait ?

Alors il ne s’agit pas de forcer les choses non plus, car l’amour comme l’amitié sont des sentiments qui ne se décident pas. Mais si tu augmentes ta fréquentation de ce nouveau parc avec ton enfant, tu multiplies les chances de rencontrer des élèves du nouvel établissement de ton enfant 🙂 !

Voici comment je procède pour connaître la provenance des enfants avec qui ma fille joue.

Tout d’abord, j’attends qu’elle joue avec un enfant depuis un petit moment. Si elle joue seule et qu’un autre enfant de son âge joue seul aussi, je demande à ma fille si elle désire se faire un copain. Comme elle n’ose pas encore demander à son âge, elle me demande de l’accompagner pour poser la question à l’autre enfant. Dans la majorité des cas, l’autre enfant est d’accord pour jouer avec ma fille.

Je reste debout ou m’assoie sur le banc du parent de l’autre enfant si je vois qu’il est ouvert à la conversation et on commence bien souvent à parler. Bien sûr, s’il est rivé sur son smartphone, je reste discrète et ne le dérange pas. Mais bien souvent, il est possible de discuter de tout et de rien. Et de quoi parle souvent les parents au parc ? De leurs enfants bien sûr !

Si l’enfant provient de la future école de ton enfant, c’est banco ! Et si ce n’est pas le cas, il aura quand même gagné un copain ou une copine de parc !

 

Si tu es curieuse

Pour finir, je vais te raconter comment s’est passé la rentrée des classes de ma fille.

Le jour J, elle avait un peu l’appréhension du premier jour mais était contente d’y aller. Nous l’avons prévenue la veille que seul papa ou maman pouvait rentrer dans l’école avec elle. Le matin, son choix alternait entre papa et maman. Comme nous pouvions tous les deux l’accompagner à l’école, nous avons pris tous les trois le chemin du jardin d’enfant.

Devant la grille, elle choisit finalement papa. J’attends dehors le retour de mon chéri. Puis il me raconte que tout s’est bien passée : elle s’est changée dans le couloir, puis ils ont monté les escaliers vers sa classe et il lui a fait un bisou devant sa classe où sa maîtresse l’accueillait. Même si elle n’avait jamais vu cette personne, elle s’est sentie à l’aise et a quitté son papa sans soucis.

A 16h30, je la récupérai. Les transmissions de la maîtresse me confirment qu’elle a passé une bonne journée. Nous nous sommes ensuite rendues au parc juste à coté où elle a retrouvé une nouvelle copine de classe et un copain de son ancienne école.

Le second jour est toujours le plus dur car c’est celui où les enfants prennent conscience que les journées d’école vont se répéter. Ce matin là, elle a voulu aller de l’autre coté, vers son ancienne école. Sûrement, car elle n’avait pas encore beaucoup d’amis dans la nouvelle. Cela ne s’est passé qu’une seule fois, car dès le 3ème jour, elle allait d’elle-même dans la bonne direction.

Cela fait maintenant 4 semaines que la rentrée a eu lieu et je peux te dire que tout se passe bien. Son papa et moi sommes même étonnés de la rapidité d’adaptation de notre fille dans sa nouvelle école. On s’était mentalement préparés que septembre allait être dur. Aucunement au final !

En conclusion, pour notre cas personnel, je peux t’avouer que l’école n’est plus un sujet de stress pour notre famille. Et cela fait un énorme poids en moins !

 

Pour conclure

Voilà pour les astuces à mettre en place pour faciliter intégration de ton enfant dans sa nouvelle école.

J’espère de tout cœur que cet article en 3 parties sur « comment organiser un changement d’école » t’aura donné des pistes pour que tout se passe au mieux pour toi et ton enfant.

Si tu connais des parents qui hésitent ou doivent changer leur enfant d’école, partage leur mon article en 3 volets, cela leur facilitera grandement l’organisation. Et n’hésite pas à commenter, c’est tout en bas que ça se passe 😉

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

5 commentaires

  • Virginie

    J’ai beaucoup aimé cette approche psychologique du changement et de l’adaptation. Pour moi c’est la plus importante pour mettre l’enfant dans de bonnes dispositions émotionnelles et faire disparaitre (ou atténuer) ses peurs. Merci

  • Shirley

    Merci pour ce témoignage et ces conseils. Nous n’avons pas l’intention de scolariser nos enfants dans un établissement dans les prochains années, mais si cela devait arrivé, je sais maintenant comment permettre une adaptation en douceurs.

  • Marvin

    De très bons conseils. Étant enseignant je confirme qu’ils sont très pertinents et peuvent aider l’enfant à trouver ses nouveaux repères. Mais j’irai plus loin en disant que même dans une vie d’adulte c’est nécessaire. Je fais d’ailleurs ce travail avant chaque mutation, pour me sentir bien sur mon lieu de travail mais aussi d’habitation. Le fait d’aller sur place en “vacances” me permet de ne pas voir le nouveau la nouvelle région comme un lieu où je vais seulement pour mon emploi !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Besoin de retrouver calme et sérénité dans ta vie de maman ?

Télécharge gratuitement mon guide !