coronavirus enfant masque
ma vie de maman

Déconfinement : pour ou contre le retour à l’école ?

 

Pour ou contre le retour à l’école lors du déconfinement? J’imagine que c’est une question que beaucoup de parents se posent actuellement. Et comme vous pouvez l’imaginez, étant maman d’une enfant inscrite en maternelle, je me la pose fortement moi aussi. Je me suis donc fait une liste et voici quelques arguments pour et quelques arguments contre sur lesquels vous pouvez vous attarder pour savoir si oui ou non vous remettrez vos enfants à l’école. Et malgré ces arguments, le choix risque d’être cornélien.

 

5 arguments pour le retour à l’école

 

Le rôle de maîtresse d’école, très peu pour vous

Remplacer la maîtresse ou les professeurs n’est pas chose aisée pour tout le monde. Il y a les parents qui doivent télétravailler et ne peuvent pas bénéficier de l’arrêt maladie « garde d’enfant » ou du chômage partiel et devrait par miracle se dédoubler. Il y a aussi ceux qui ne sont pas vraiment pédagogues dans l’âme, ceux qui manquent clairement de patience, ceux qui ne savent pas organiser les devoirs et ceux qui cumulent tout à la fois;) Pour ma part, j’ai au moins 2 de ces « tares » mais heureusement pour moi, ma fille est en petite section, ouf ! Alors si vous êtes dans ces situations, le retour à l’école le 11 mai peut être d’un grand secours pour vous et vos enfants.

 

Votre enfant et vous-même avez besoin de retrouver un rythme régulier

Les journées sont parfois longues comme un jour sans pain mais au moment de vous coucher, quand vous faites le bilan mentalement, vous n’avez pas fait grand-chose de productif au final. Vous vous levez tard, vous traînez au petit déjeuner et vous lavez vers 11 h. Bref, vous manquez d’un élément extérieur (comme des horaires imposés 😉 ) qui vous booste. Vivement le retour à l’école dès le déconfinement pour que tout le monde reprenne un rythme plus cadencé !

 

Votre enfant réclame de plus en plus ses copains et sa maîtresse

Vous jouez avec lui mais comme vous êtes sa maman ou son papa, c’est pas pareil. Vous le laissez peut-être plus facilement gagner, vous simulez un contentement alors que les jeux de votre enfant commencent fortement à vous barber. Votre bout de chou n’est pas aveugle et il ressent cela. Les enfants de sa tranche d’âge lui manquent, leur enthousiasme enfantin aussi, et il en parle de plus en plus dans vos conversations. Un retour à la sociabilité (enfin un semblant de sociabilité avec les distances à respecter 😉 pourrait lui faire du bien.

 

Vous avez financièrement besoin de retravailler

Pour beaucoup de salariés, retourner au travail c’est retrouver un salaire à 100 % , voire plus pour celles et ceux qui ont des primes sur le chiffre d’affaires. Pour les plus touchés par cette crise sanitaire, cela leur permettra même de se nourrir à nouveau correctement et de payer leur loyer et leurs factures. Et pour que ce soit possible à moindre frais, il faut bien que le retour à l’école se fasse dès le déconfinement.

 

L’ Économie a besoin de remettre les enfants à l’école pour libérer les parents

Au début du débat sur le déconfinement, le gouvernement nous parlait d’une rentrée en 3 temps avec la rentrée des élèves de « classes charnières » en premier. Ma fille qui est en petite section devait donc rentrer avec le dernier groupe, aux alentours du 25 mai. Or aujourd’hui cela a bien changé. Ce sont tous les enfants de maternelle et de primaire qui rentrent en premier. Plus aucune référence aux classes charnières donc. On remarque que ce sont les enfants les moins autonomes qui rentrent en premier, les collégiens et les les lycéens pouvant rester seuls à la maison sans danger pour leur vie et se faire à manger ou se réchauffer un plat au micro-onde. Par ce changement de plan, on voit bien que le gouvernement désire fortement que tous les français aient la possibilité de relancer la machine économique le plus rapidement possible.

 

5 arguments contre le retour à l’école

 

Vous hésitiez à faire l’IEF l’année prochain

Le cadre de l’Éducation nationale, ça n’a jamais vraiment été votre truc, ni celui de votre enfant. Cela fait 6 semaines que vous faites l’école à la maison et dans l’ensemble, tout le monde y trouve son compte. Étant donné que le retour à l’école le 11 mai se ferait sur la base du volontariat, pourquoi ne pas prolonger l’expérience jusqu’à la fin de l’année. Cela vous permettrait de prendre votre décision en ayant bien expérimenté l’instruction en famille.

 

Votre enfant n’a pas vraiment envie d’y aller

Quand vous lui parlez de retour à l’école, vous voyez son visage s’assombrir et il se replie sur lui-même. S’il est plus téméraire ou bien campé sur ses positions, il peut même vous rétorquer droit dans les yeux «  non, je veux pas y aller » et vous en donner les raisons si vous lui posez la question. Alors, c’est vrai, parfois, un prénom de copain d’école sort de sa bouche. Mais l’école en tant que telle, la maîtresse et les activités, il s’en passe très bien ! Surtout s’il est petit, vous redoutez une nouvelle période de pleurs de séparation le matin qui pourrait très probablement durer jusqu’aux vacances d’été. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

 

On ne connaît pas grand-chose au coronavirus

Tous les jours, on apprend de nouvelles informations sur le coronavirus. Au tout début, les chercheurs nous informaient que le coronavirus touchait les poumons, puis les reins, maintenant, il ont trouvé qu’il touche aussi d’autres organes comme le cœur, le foie, le système digestif et la peau ou même le cerveau. Au final, plus le temps avance, plus les chercheurs trouvent d’autres informations sur le coronavirus, sur ses symptômes, sur ses effets au cours de la maladies, voire même ses séquelles. Les experts scientifiques s’interrogent actuellement sur le lien entre le coronavirus et la maladie de Kawasaki, une maladie inflammatoire grave qui touche les enfants.

De plus, les experts se contredisent sur la contagiosité des enfants! Il y a quelques semaines, les enfants étaient de terribles asymptomatiques qui pouvaient propager le coronavirus sournoisement à vitesse grand V. Aujourd’hui, on nous dit qu’ils sont peu contaminés et qu’en plus, ils diffusent peu le virus, soit carrément le contraire ! Une étude allemande sur la contagiosité des enfants nous informe aussi qu’ils sont autant contaminants que n’importe quel autre adulte contaminé. Qui croire ? On ne sait plus vraiment … Pas vraiment rassurant si on n’a que les grands parents pour venir les chercher à la sortie.

 

Entre la théorie et la pratique des gestes barrières, il y a un gouffre !

Et comme une image vaut mille mot, en voici la preuve !

 

Vas faire respecter les gestes barrières à des petits qui lèchent les barrières !

 

Ma fille pourrait très bien en faire partie ! Elle est encore très « orale », elle met encore pas mal de choses à la bouche (dont les crayons, les feutres, le papier, les livres, nos mains aussi quand elle a une subite envie de mordre), donc je n’ai pas trop envie de créer un climat tendu entre elle et la maîtresse, ni de me chopper une dizaine de mots dans le carnet et de participer à la propagation du virus si ma fille se révèle être une terrible asymptomatique …

Même pour les enfants plus grands d’école primaire, pourront-ils ne pas se toucher et respecter les distances de sécurité pendant les 8 heures de la journée d’école ?

 

Le retour à l’école risque d’être militaire

Si vous avez visionné les reportages sur l’organisation pratique du retour à l’école dès le déconfinement, vous avez  peut-être eu une réaction de ce type. Vous avez peut-être eu peur, ou été choqué, voire même avez levé les yeux au ciel en disant “c’est une blague, non ?”. De notre côté, nous venons de recevoir le mail de reprise pour l’école de ma fille et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne respire pas la sérénité. Il faudra bien sûr respecter les distances et les gestes barrières, mais aussi ne plus accompagner son enfant en classe, échelonner les entrées et les sorties, manger son repas rapporté de la maison en classe, et j’en passe. Tout ça risque d’être difficile à supporter pour certains enfants, surtout pour les petites et moyennes sections. Je sens que les maîtresses vont se tirer les cheveux et que les crises de nerfs des enfants s’étaleront sur toute la journée. Le toucher est important pour les êtres humains et encore plus pour les enfants, les en priver toute une journée d’école, y résisteront- ils ?

J’imagine que même après tous ces arguments, certaines d’entre vous ne se sentent pas plus avancées. Mais bon, il vous reste une semaine pour peser le pour et le contre concernant un éventuel retour à l’école dès le déconfinement . Vous avez demandé un doliprane ?

Et vous, avez-vous déjà pris votre décision ? Quels éléments avez-vous considéré pour la prendre ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

14 commentaires

  • Ivan

    Ici, nous avons pris notre décision. Pas de retour à l’école après le déconfinement. Mon fils aussi met encore beaucoup de choses à la bouche, alors pour lui, pour nous et pour les autres, mieux vaut qu’il reste à la maison

  • Valentine

    Je crois qu’effectivement, les conditions d’école vont être compliquées puisque les enfants n’auront plus le droit de jouer ensemble (en tous cas pas avec les mêmes objets, et en se tenant à distance !), ni de travailler ensemble !! La directrice de notre école maternelle a bien résumé les choses dans le courrier envoyé : “vous l’aurez compris, il ne s’agit plus de l’école que vos enfants et nous connaissions. Il nous sera difficile de mettre en place un enseignement épanouissant dans cette situation”. Tu m’étonnes… [Gros soutien aux enseignants qui vont devoir gérer une situation… ingérable]

  • Nicolas

    Pour cet article qui surfe sur un sujet plus que d’actualité !!
    Personnellement je suis d’accord avec tous les arguments sauf 1… L’économie !
    J’avoue que pour pas mal de gens ce doit être dur financièrement, mais s’il y a vraiment (encore) des risques le gouvernement ne devrait pas tergiverser. A combien chiffre t on le prix d’une vie ? 😉

    • J'apprends à être maman

      Personnellement, je suis aussi d’accord avec toi, la vie avant tout. Malheureusement, je pense que des parents isolés ou familles monoparentales devront remettre leur enfant à l’école, faute de personnes qui pourraient les garder et/ou parce qu’ils sont dans le rouge financièrement. La France était moins bien préparée que d’autres pays et les familles fragilisées risquent d’en payer les conséquences.

  • grandir avec les livres

    “Vas faire respecter les gestes barrières à des petits qui lèchent les barrières ! Tout est dit.” Cela me fait penser aux réunions parents professeurs, on les fait pour ceux qui sont en difficultés et au final se sont les bons élèves qui y vont. On nous dit que c’est pour éviter les injustices et on fait rentrer en premier les élèves qui ne passent aucun diplôme. Je me suis fais la même réflexion que toi, les plus petits rentrent en premier pour que papa et maman reprennent le travail. Afin que l’économie se porte mieux. Je crois que tu as lancée un vrai débat 🙂

  • Anne-Christine

    Ici, la décision est prise : personne n’ira à l’école 😉 Ni en maternelle, ni en élémentaire… et ni au collège. Même si les ados sont censés tenir les gestes barrières, je pense qu’ils auront du mal à garder un masque toute la journée, à rester éloignés les uns des autres. Ils ne veulent reprendre le collège que pour les liens sociaux ;))
    Je pense que le vrai débat est en effet : veut on faire reprendre les enfants pour leur bien… ou juste pour renvoyer les parents à l’économie ? Merci pour cet article qui permet d’y réfléchir !

  • Pierre-Favre

    Yep, la décision est prise ! Dès le 11 mai ça repart comme avant, donc IEF 😀

    Une petite piste pour réussir à prendre sa décision sur la base des arguments que tu présente ca peut être de hiérarchiser ces arguments en fonction de leur importance :

    Est ce que le risque pour la santé (ou la propagation du virus) est significatif ?
    Si ce n’est pas le cas, est ce que la satisfaction de mes envies (et/ou celle de mon enfant) prime sur l’économie ?

    Est ce que la “création de richesse” à plus de valeur que l’éducation de mes enfants ?

    Est ce que je me sent incapable d’instruire mes enfant parce que je n’aime pas faire ou parce que je ne sais pas faire ca?

    Est ce que le manque à gagner nous prive de “superflu” ou de “nécessaire”?
    Dans le premier cas, est ce que ce “superflu” à plus de valeur qu’un rythme de vie apaisé?

    … (et bien d’autres questions encore…)

    • J'apprends à être maman

      Tes questions sont très pertinentes et je suis sure qu’elles serviront aux parents encore dans le doute. D’ailleurs, pour l’aspect financier d’une situation, j’invite les parents à lire mon article “j”ai refusé une place en crèche ” qui met sur la balance les rentrées et sorties d’argent et le bien-être émotionnel d’un enfant.

  • Jonathän

    Bonjour,

    J’habite Paris et nos enfants ne reprendront pas l’école.
    Bien que ce soit compliqué de faire l’école à nos enfants de 6 et 9ans (CE1, CM1) en même temps que du télétravail, voir du présentiel à venir, que leurs copains leurs manquent comme jamais… Nous avons pris cette décision et avont quitté Paris pour la province chez les grands parents !
    De plus, j ai peur que ce ne soit plus de la garderie dont on ne maîtrisera pas les horaires et les condictions, notamment les gestes barrières pour des petits bout qui ne souhaitent que jouer…
    Bon article clair et à propos.

    Bonne continuation.

    Jonathän alias Jon Rom’s

    • J'apprends à être maman

      Oui, je pense aussi que cela risque d’être de la garderie. Je ne remets pas en cause les compétences des enseignants, mais comment enseigner en ayant toujours l’esprit tourné vers les gestes barrières? Les maîtres et maîtresses risquent de devenir fous à gérer cette situation.

  • Caroline

    Merci pour cet article.
    Effectivement c’est LA question du moment.
    Dans l’école de mes enfants 50% reprendront le chemin de l’école la semaine prochaine, les 50% restant resteront à la maison.
    Mes enfants retourneront à l’école. Malgré le fait que j’aime leur faire l’école à la maison (heureusement vu mon blog d’apprentissage des langues aux enfants…) et que cela se passe très bien.
    Mais ils sont en manque de lien social, et réclament le retour à l’école. Nous prendront le maximum de précautions et verront comment cela se passera.
    Mais c’est certain qu’il n’y a pas de mauvaise ou de bonne décision. Chacun doit faire comme il le sent et sans juger la décision des autres.
    En espérant que nous sortirons rapidement de cette situation inconfortable, surtout pour les personnes les plus démunies.
    Merci encore pour ce partage.
    Caroline Happy Kid Safari

    • J'apprends à être maman

      Comment as-tu fait pour savoir les stats de ton école? je suis curieuse 😉 De mon coté, je connais les avis de quelques mamans mais pas des 25. Et en effet, le choix dépend vraiment de la situation de chacun. Il y en a qui pencheront pour le retour à l’école dès le déconfinement, d’autres contre, mais aucun choix n’est totalement blanc ou totalement noir.

  • Oum Khadidja

    Je pense que ce sera vraiment compliqué pour les enseignants; c’est vraiment une situation délicate je leur souhaite bon courage. Pour les parents qui sont inquiets, l’école à la maison continuera, on le fait déjà depuis 1 mois, on y est habitués maintenant et on connait comment ça marche 😉

  • Patricia

    Encore un super article Marie. J’adore la photo de la petite qui lèche la barrière 😂. C’est exactement ça ! Nos bambins sont difficilement contrôlables, c’est pourquoi avec mon compagnon nous gardons les nôtres jusqu’à la rentrée de septembre. Merci encore pour ton analyse et tes conseils.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon guide: "les 7 clés d'une relation sereine et épanouie avec vos enfants"