activité parascolaire
ma vie de maman

Activité extra scolaire: où est la bienveillance ?

Ma fille est entrée cette année en petite section de maternelle. Avec la rentrée des classes à proprement parlé, je me pose aussi la question de l’éventuel choix d’une activité extra scolaire.

Nous en avons parlé avec son papa et comme elle adore danser et escalader, si elle aimait le cours d’essai et voulait y retourner, le choix se porterai sur une de ces activités.

Je suis donc partie à la recherche d’un centre proche de son école et j’ai pu tester un cours d’éveil corporel et d’éveil musical, les deux ne pouvant pas se dissocier.

Avec mes convictions et mon regard de mère qui vise la bienveillance avec les enfants, je suis repartie plutôt déçue de ce cours. Voici l’histoire. 

Une mise en bouche avant d’aller en cours

Tout d’abord, avant d’y aller, je rencontre par hasard une copine, maman elle aussi d’une petite fille. Je l’informe que je vais prendre ma puce à la sortie de classe et l’emmène directement faire un cours d’essai d’éveil corporel et musical.

Elle me répond alors « Tu vas dans ce centre là?» (tous les noms seront bien sûr omis pour respecter le centre et l’instructrice, le but n’étant pas de les juger personnellement mais de confronter mes attentes de maman avec les propositions des activités extra scolaires.  Et aussi de vous aider à vous faire votre propre point de vue avant de laisser votre enfant à des inconnus 😉 ).

Je lui réponds que oui. Elle me dit alors, «regarde si c’est cette instructrice, car c’est elle qui avait donné une fessée à une petite fille et l’avait mise au coin pendant un cours que j’ai fait avec elle». Lors du cours auquel ma copine a assisté, sa petite avait été la cible de tapes répétées de la part d’une autre petite fille plus grande. Sa nounou ne rétorquant rien,  l’instructrice avait montré que taper faisait mal en lui donnant une tape sur les fesses puis l’avait mise au coin.  Personne n’avait tentée d’expliquer à l’enfant que l’on ne frappe pas.

En effet, c’était bien elle l’instructrice. OK, ça commençait bien. Mais comme j’aime bien me faire ma propre idée, j’y suis allée quand même.

L’arrivée dans le centre

Arrivée sur le lieu, une employée me dit que l’instructrice prend les enfants sans les parents car ils sont plus centrés sur l’activité quand nous ne sommes pas là. Je lui explique que ça risque d’être dur, du moins au début, car ma fille n’a jamais vu cette personne et quand elle comprendra que je ne serai pas là, elle va se sentir abandonnée, se mettra à pleurer et ne voudra plus y aller, alors qu’à la base, elle m’a dit qu’elle était contente d’ aller danser pendant tout le chemin. En effet, en entendant la dame expliquer cela, ma fille s’accroche à ma jambe. 

Je considère que l’activité extra scolaire est différente de l’école, c’est pour moi une activité 100% amusement et l’imposer de cette manière n’est donc pas mon idée première car elle risquerait d’être mal vécue et perdrait toute notion de plaisir.

Au final, la question ne se pose même pas car je ne suis pas la seule maman à assister au cours. Sur la dizaine d’enfants présents, 5 parents ont accompagné leurs enfants. Seuls les grands et les anciens de l’an dernier sont déposés par leur parent, tous les parents des petites sections et un de moyenne section sont là.

1er cours: l’éveil corporel

Le premier cours est celui d’éveil corporel. 2 nouveaux sur les 5 se joignent directement au groupe, les 3 autres restant à coté de leur maman pour tâter le terrain et voir comment ça se passe.

L’instructrice commence par un échauffement avec des assouplissements puis débute le cours à proprement parlé. En prenant pour modèle les animaux, elle invite les enfants à reproduire les mouvements qu’elle fait elle-même.

Ma fille regarde de loin et au bout de 20 minutes, elle exprime l’envie de participer en faisant quelques petits aller/retours entre le groupe et moi.

Elle profite du dernier quart d’heure avec le groupe d’enfants et l’instructrice. Je la vois reproduire des mouvements, courir et sauter. Mon objectif premier est rempli car je vois un sourire imprimé sur ses lèvres et ses petits yeux qui pétillent.

Alors pourquoi je ne poursuis pas avec cette prof me direz-vous?

Déjà quelques détails me gênent durent cette activité extra scolaire: un manque de douceur dans les gestes de l’instructrice quand elle corrige les positions des enfants, ses ordres adressés sur un ton un peu sec aussi, l’obligation de dire merci à tout ce qu’elle donne sinon ils sont réprimandés (je précise pour les lecteurs qui ne me connaissent pas encore que la politesse est importante pour moi mais que je l’enseigne d’une façon différente, sans chantage ni punition).

Malgré des efforts pour rentrer en contact avec l’enfant en le félicitant quand il fait bien les positions ou en leur donnant des petits noms affectueux, je ressens une personne qui place en premier lieu l’exécution des mouvements demandés et le respect de ses ordres au détriment du simple plaisir éprouvé par les enfants lors de l’exécution de ces mouvements. Une personne qui préfère la destination au chemin.

Or, à cet âge là, le chemin est tout aussi important que la destination voire plus.

Pour les mamans trentenaires et quarantenaires, ça me rappelle un épisode des desperates housewives où l’esthétiquement parfaite Gabrielle Solis avait caché les claquettes de danse de sa fille juste avant sa représentation. La trouvant trop mauvaise dans cette discipline, elle avait peur qu’elle lui fasse honte lors de sa représentation. Heureusement, le bonheur exprimé par son voisin pour l’exécution ratée de violon de sa fille l’a vite fait changer d’avis. Elle courra chercher les claquettes de Juanita et les lui donna afin qu’elle puisse se produire sur scène. Sans cela, elle n’aurait pas connu le bonheur de voir son enfant prendre du plaisir à essayer une activité, tout simplement.

2ème cours, l’éveil musical

Le coup de grâce arriva durant le second cours, celui d’éveil musical. Pourtant, c’est une activité extra scolaire superbe pour les tout petits quand elle est menée correctement.

La professeur avec l’aide de son assistante, offre le goûter ainsi qu’un verre d’eau aux enfants. Elle demande alors aux enfants de s’asseoir dos au mur pour leur donner un pain au chocolat et pendant le temps où il sont occupés à manger, elle peut préparer tranquillement son matériel.

J’avoue avoir été choquée qu’elle se permette de donner un goûter sans consulter les parents. Cela vient sûrement d’un bon sentiment, mais est-elle au courant que des enfants allergiques au lait de vache peuvent décéder en mangeant une simple crêpe

Bien sûr, les enfants ont droit au fameux «j’ai pas entendu, c’est quoi le mot magique» dis sur un ton sec quand elle donne le goûter. Elle donne quand même le pain au chocolat à ma fille car même si elle sait dire merci, bonjour, au revoir, pardon etc, elle ne le dit qu’elle lorsqu’elle connaît un minimum la personne. Au début, elle est impressionnée et donc elle ne parle tout simplement pas, mais ça, l’instructrice ne peut pas le savoir.

Ce cours est bien différent de l’autre. Ici, les enfants ne doivent pas bouger pendant 45 minutes, quasiment toujours assis dos à ce mur à part les quelques allés et venues pour prendre le matériel de musique.

Ma fille qui approche de ses 3 ans, n’en est tout simplement pas encore capable. C’est une gamine qui a toujours eu la bougeotte et en plus, quand elle entend de la musique, ça lui donne envie de danser. Elle s’est donc levée à plusieurs reprises pour aller deux fois aux toilettes (petite puis grosse commission 🙂 ), pour venir me voir, ou tout simplement pour danser sur la musique qu’effectuait ses petits camarades.

J’ai bien vu que cette activité ne lui correspondait pas, et bien que j’ai essayé qu’elle revienne vers moi en l’appelant discrètement plusieurs fois, lui courir après aurait généré plus de gêne que la laisser danser sur place, à l’extérieur du groupe, c’est pourquoi je restais assise à ma place. Je faisais juste gaffe à ce qu’elle ne dégrade pas le matériel auquel cas je me serai levée pour l’en empêcher. 

Et bien le fait qu’elle ne soit pas encore habituée à rester avec le groupe commençait à courir sur le haricot de la prof et de l’assistante.

La prof s’est donc retournée et lui a dit qu’elle faisait l’andouille et que les autres étaient déconcentrés par elle (ou du moins pas concentrés comme elle l’aurait vraiment voulu).

Ce à quoi, cela a été plus fort que moi, j’ai rétorqué qu’elle ne faisait pas l’andouille mais qu’elle dansait car elle entendait la musique et que moi-même je ne me permettais pas de traiter ma fille d’andouille.

J’ai omis de vous dire que quand un enfant pleurnichait un petit peu (normal pour un premier cours non?), elle lui rétorquait sèchement «ah non, on ne pleure pas ici», ce qui revient à refouler toute forme d’émotion et d’accepter l’enfant que lorsqu’il est joyeux.

Ma prise de décision

Comme vous pouvez vous en douter, ce sera “pas d’activité extra scolaire cette année”. En effet, tout cela a suffit à me faire prendre la décision qu’elle ne ferait pas cours avec cette personne, les enjeux négatifs étant trop grands à mes yeux. Que se passe-t-il quand les parents ne sont pas là? Les enfants ne racontent pas tout et sont, à cet âge là, encore inhibés par la personne qui fait figure d’autorité. Il pense qu’elle ne peut pas avoir tort et que ce sont donc eux- mêmes les vilains.

Alors certes, ma fille n’est pas encore dans le groupe à tout suivre comme il faut. Mais c’est le premier cours non? Un peu plus de patience concernant le temps d’adaptation des touts petits est-il trop demandé? Ai-je envie que ma fille, et les enfants en général, éprouvent du plaisir à l’activité ou, s’ils ne font pas exactement ce qui est demandé, ils prennent le risque de se faire traiter d’andouille si jamais il osent danser dans leur coin ou encore se faire rejeter s’ils sont tristes?

J’ai voulu vous raconter cette expérience, en la détaillant du mieux que je le pouvais, pour que vous puissiez ressentir le sentiment de malaise que j’aurai sûrement eu au final à laisser mon enfant dans ce cours.

Écoutez votre petite voix intérieure qui vous dit quand quelque chose ne va pas, elle ne vous ment pas.

Avez-vous déjà vécu une telle situation lors du choix d’une activité extra scolaire? Comment avez-vous réagi? N’hésitez pas à me le dire en commentaire!

Et si vous avez une copine qui désire inscrire son tout petit dans une activité extra scolaire, partagez lui mon article, elle sera plus vigilante encore avant de prendre sa décision.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

  • Philippe

    Bel article. En effet, c’est dur pour les parents de ne pas savoir ce qui se passe quand on nest pas la. Écouter les autres parents, et sa petite voix intérieure , est clef. On fait tous au mieux.

  • Parerga

    Bonsoir,

    Comme je vous comprends. Je suis toujours sidérée de voir à quel point certains (une majorité ?) de professionnels de la petite enfance ne semblent pas formés à la psychologie des tout-petits, et ne semblent guère avoir connaissance de leurs besoins. J’aurais réagi tout à fait comme vous dans une telle situation. C’est, me semble-t-il, aux adultes de s’adapter à son public, et non pas l’inverse, pas si jeunes ! Cela demande de la patience envers les enfants, de les laisser exprimer leurs besoins (et quoi de plus naturel que de danser en écoutant de la musique ?). Ca semble être le sens même, et ce qui fait le bonheur, de la fonction d’éducateur (qu’on soit parent ou professionnel de la petite enfance). Et merci pour votre blog et tous les articles que j’ai pu déjà lire dont les témoignages de vos expériences sont très intéressants et instructifs ! J’ai hâte de découvrir la suite !

  • Florian

    “Or, à cet âge là, le chemin est tout aussi important que la destination voire plus.”.
    Je pense même qu’à n’importe quel âge, le chemin est plus important que la destination.
    Car si l’on s’accroche uniquement au résultat, on peut louper un tas d’apprentissage et d’opportunités. Sans parler du fait que l’on peut se décourager plus vite si la destination est trop loin :p
    Sinon, c’est une histoire quand même assez dingue. Étrange qu’elle exerce encore…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Besoin de retrouver calme et sérénité dans ta vie de maman ?

Télécharge gratuitement mon guide !